le collectif des musulmans citoyens français

Lettre ouverte aux responsables de Nidaa

26 juillet 2015

Lettre ouverte aux responsables de Nidaa

La Tunisie est en train de vivre aujourd’hui des moments difficiles voire même tragiques tant les dangers la guettent de toutes parts…tout cela dans un climat de morosité et de fatalité ambiante qui règne sur des Tunisiens qui ne voient pas des raisons laissant entrevoir une sortie prochaine du tunnel.

En effet, une crise économique et sociale profonde et des revendications sociales légitimes mais ô combien coûteuses, des grèves à répétition qui pèsent sur le quotidien des Tunisiens…de l’insécurité ambiante sur nos deux frontières terrestres ou à l’intérieur du pays…des tensions régionales ou sectorielles faisant suite aux problèmes de la faillite d’un modèle de développement désuet et inopérant ou aux caprices de la nature…des confusions que connait un paysage politique complètement bouleversé et à redéfinir (pouvoir et opposition)…La Tunisie semble désarmée face à tous ces défis et toutes ces crises…


Comble du désarroi, les guerres fratricides qui sévissent au sein du parti majoritaire n’arrangent pas les choses, plongent la Tunisie dans l’inconnu et font craindre le pire !


Lorsque j’ai décidé, il ya quelques mois, de participer activement au rapprochement entre les deux plus grands partis du pays Nidaa et Ennahdha…je l’ai fait dans l’espoir de débarrasser notre pays des carcans d’une bipolarisation accablante et contraignante qui nous a tant handicapé et empêché de nous consacrer aux vrais problèmes de la Tunisie. Je l’ai fait afin que les énergies et les bonnes volontés se libèrent pour servir la patrie et non les ambitions dévorantes des chefs, et pour se consacrer à la construction de la Tunisie nouvelle et non les chapelles partisanes.


Toutefois, alors que nous pensions avoir laissé derrière nous l’animosité historique entre les deux grandes familles politiques, voilà que nous nous sommes réveillés sur une adversité encore plus violente et aux conséquences dramatiques sur la stabilité du pays.
De la guerre entre deux pôles, à la guerre à l’intérieur d’un pôle qui plus est aux commandes du pouvoir, la Tunisie n’en finit pas de payer le prix fort de l’insouciance de ses dirigeants mettant en péril ses acquis et dilapidant ses chances de réussir le pari de la transition démocratique et économique douce.


Les responsables de Nidaa sont en train de nous offrir un spectacle désolant, et je dirai même des scènes macabres, où tous les moyens sont permis pour régler les comptes et se débarrasser d’un clan opposé. Jamais une telle violence dans les actes et les propos, jamais aucun parti politique n’a connu une mobilisation aussi inattendue que grave de moyens de destruction massive interne pour éliminer un autre membre ou un autre clan (écoutes téléphoniques, accusations de connivence avec une partie étrangère, de corruption, de népotisme, de guerre de succession, de dictature…)


C’est un cri d’alarme que je lance aujourd’hui…C’est pour la première fois que je ressens une telle peur pour mon pays…Ces dernières années ont été jalonnées par des crises et des enjeux profonds : élections, assassinats politiques, rédaction de la Constitution, menace terroriste…mais à aucun moment, le débat et l’adversité n’ont connu une telle dérive et une telle violence dans les accusations notamment celles se rapportant à la traîtrise et à la connivence avec des parties étrangères.
Aujourd’hui, la Tunisie est à la croisée des chemins : ou bien elle se mobilise pour les seules guerres qui vaillent contre le terrorisme, l’insécurité, la pauvreté, le chômage… ou bien elle se perd et se noie dans les guerres des égos et des privilèges…des guerres qui n’honorent point ceux qui les planifient et ceux qui y participent…


Il est vrai que l’incendie s’est déclaré dans la maison Nidaa ; toutefois, si on ne parvient pas à éteindre vite le feu, les ravages occasionnés seront dévastateurs : personne ne sera à l’abri ! Personne ne se targuera alors d’avoir défendu sa patrie ! Tous victimes…tous coupables !
En ces moments cruciaux, je m’adresse aux sages de Nidaa, et je sais qu’ils sont nombreux, en leur rappelant au début que nous sommes sur la même barque… que si elle coule, nous coulons ensemble…Je les appelle ensuite en toute amitié, mais avec force et détermination, à tout faire pour arrêter ce jeu de massacres et mettre fin à l’hémorragie… La Tunisie, nous la construirons ensemble, nous nous associerons à toute volonté de la servir et de la promouvoir…mais nous empêcherons, sans complaisance aucune, toute tentative de lui nuire et de la détruire à petit feu !

 


*Mehdi Ben Gharbia est député à l’ARP et dirigeant de l’Alliance démocratique

 

Mehdi Ben Gharbia

publié le 13/03/2015

La Tunisie et après... Révolution au Maghreb-Machreck ? Tunisie/ Terrorisme Les tentatives de déstabilisation persistent !