le collectif des musulmans citoyens français

En accusant l’Islam de terrorisme, l’occident prend ‘la drogue de l’ignorant

01 août 2016

En accusant l’Islam de terrorisme, l’occident prend ‘la drogue de l’ignorant

New York: Diplomate, Businessman et écrivain américain, Chas W. Freeman, Jr, estime que dans le grand fléau de notre ère, le terrorisme, ‘‘l’islamisme est une conséquence, pas une cause’’.

LARCI AMINE …LE MAGMAROC

 

‘‘Ils nous haïssent pour ce que nous sommes’’.

Voila ce que l’occident,préméditement  simpliste, aime à se répéter à chaque fois qu’il fait face à des attentats terroristes, attribués à des radicaux islamistes. 

Cette formule, qui fait l’impasse sur toute explication approfondie de ce phénomène et qui dévoilerait, si faite, des responsabilités gênantes pour l’occident, apparait être une version simplifiée d’une thèse plus dangereuse sur les chocs des civilisations, et qui attribue à l’islam la responsabilité du ressentiment des musulmans à l’égard de l’Occident.


Selon l’ancien ambassadeur américain, Chas W. Freeman, Jr, il s’agit de tentatives  d’occultation de la vérité, sur un sujet brulant, à cause de ses retombés sanglantes, mais dont les origines et surtout les causes, prennent racines en occident et non pas dans la religion musulmane.

 
Invité, le mois dernier, à s’exprimer à Washington, au Think Tank américain, 'Center for the National Interest', l’ambassadeur Freeman a déclaré :

‘‘Le fait que l’on attribue à l’islam la responsabilité du ressentiment des musulmans à l’égard de l’Occident n’est que la version simplifiée de la thèse selon laquelle -ils nous haïssent pour ce que nous sommes-.’’


Selon lui,

‘‘C’est la drogue de l’ignorant.’’


Chas W. Freeman, Jr, dont une transcription de son exposé est publiée sur son portail Web,chasfreeman.net, a expliqué que :

‘‘Il y a [en occident] du déni à ne pas vouloir reconnaître que les comportements passés et actuels des puissances occidentales, y compris des États-Unis, ont pu engendrer des souffrances suffisamment fortes pour motiver chez certains une volonté de vengeance.’’


Par ailleurs, le diplomate et écrivain américain, qui officie actuellement, en tant que grand consultant, au sein du think Tank ‘Watson Institute for International & Public Affairs’ relevant de la 'Brown University', a souligné que les occidentaux, ne font rien pour déconstruire  les discours religieux que les terroristes concoctent pour justifier leur immoralité.

 
Pire encore ils semblent s’en accommodaient tellement les propagandes terroristes, faussement religieuses, contribuent à occulter la réalité occidentale, qui est que, les régimes occidentaux et les régimes proche-orientaux soutenus par l’Occident, ont exercé sur des populations à la base, pacifiques et innocentes, tant d’injustices et tant d’humiliations, qu’elles finissent par chercher à se venger. 
     
L’expert US en a dit :

‘‘Beaucoup parmi ceux qui cherchaient à se venger des injustices et des humiliations (…) ou qui étaient traités comme des étrangers dans leur propre pays en Europe, exprimaient leur colère dans le langage de l’islam. Mais ce sont leurs revendications politiques — qui ne sont en rien des prétextes hérétiques islamiques aux crimes de masse qu’ils commettent — qui motivent leurs tentatives de représailles.’’


L’ambassadeur 
Chas W. Freeman, Jr a conclu :

‘‘L’islamisme est un symptôme de l’angoisse et de la colère des Arabes. C’est une conséquence, pas une cause de la

colère des musulmans.’’

colère des musulmans.’’

Un rapport paru des heures avant le massacre de Nice « Ce terrorisme n’est en rien ce qu’on croit » Les enjeux géopolitiques d’une sanglante attaque