le collectif des musulmans citoyens français

Cérémonie de remise d’Ijaza à l’IESH de Paris

03 mars 2016

Cérémonie de remise d’Ijaza à l’IESH de Paris

16 octobre 2015, nouvelle cérémonie de remise d’ijaza à l’Institut Européen des Sciences Humaines de Paris. Ce jour là, l’évènement honorait 27 étudiantes et étudiants de l’institut ayant mémorisé selon différentes lectures le coran dans sa totalité. A cette occasion, nombreux firent  le déplacement pour honorer les serviteurs du Livre d’Allah.

.  Le doyen Cheikh Ahmad Jaballah souligna que l’affluence génèrée par ce type d’évènement démontre l’amour de la communauté pour le Coran et tout ce qui à trait à son apprentissage. C’est donc sous les regards de centaines de témoins que l’on remis aux étudiants le titre honorifique de la Ijaza. (Habilitation certifiée à la lecture et à l’enseignement du Coran tel qu’il fut récité au Prophète SAWS).

Plusieurs professeurs ont transmis leur sanad (chaine de transmission) ce soir là, parmi eux : Cheikh Hassan Achaibi,directeur du département du Saint Coran, Cheikh Mohamed Achaibi, professeur maitrisant les dix lectures canoniques, Cheikh Yahya Lakhal et ustedha Dhikra. Les moujazines (personnes ayant reçu l’ijaza) récitent l’un après l’autre quelques versets des paroles divines avant que leur professeurs respectifs ne prononcent la formule rituelle et solennelle qui fait officiellement d’eux des diplômés. Lors de l’évènement, Cheikh Mohamed Achaibi présente un exemple de chaîne de transmission à l’assemblée.

Le mot ijaza en arabe signifie permission et dans ce cadre particulier celle d’enseigner la psalmodie du saint Coran, c’est aussi le plus haut degré de perfection de lecture du Coran. Pour obtenir l’ijaza l’élève doit réciter à son cheikh  le Coran de mémoire dans son intégralité en observant toutes les règles de psalmodie et en répétant les mots qui peuvent être lus de plusieurs manières (temps de prolongation, intonations des voyelles. Celui-ci va lui corriger tous les détails de prononciation, qui lui-même l’a récité de cette façon à son Cheikh qui l’a lui aussi récité à un Cheikh et ce jusqu’au Prophète bien aimé, paix et salut de Dieu sur lui. Cette lignée s’appelle Sanad. Tous les maillons de la chaine sont connus pour leur perfection dans la psalmodie et cités lors de la remise du diplôme. Cette tradition permet de transmettre le Coran dans son authenticité aux générations futures comme il a été révélé au Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, et de le préserver de tout changement et de toute falsification.

Il est surtout à retenir que cette cérémonie constate un résultat. En effet, l’obention de la Ijaza n’est pas une fin en soi mais avant tout l’aboutissement d’un long chemin. C’est en ce sens que le pôle coran de l’IESH de Paris déploie des efforts louables depuis de nombreuses années maintenant. Les professeurs zélés de ce département, se sont attachés à mettre un programme d’apprentissage courant sur une durée de trois ans (mais l’objectif peut également être réalisable en deux ans). Ces études ont pour avantage d’avoir été pensées pour être compatibles avec les impératifs de la vie quotidienne : il est possible d’exercer une activité professionnelle et d’étudier en parallèle, le pôle coran proposant un cursus en matinée ou en soirée. Avant d’arriver à cette consécration, les étudiants ont donc passé quelques années à se consacrer à l’apprentissage du coran dans sa totalité.

C’est par la grâce d’Allah, puis par le travail dévoué des nobles professeurs que cette spécialisation dans la lecture du coran se fait plus accessible. En effet, une vingtaine d’années en arrière, il était nécessaire de voyager pour avoir accès à cette science. Cette évolution positive vient du fait que les professeurs, après avoir été formés, ont mis un point d’honneur à se consacrer à la transmission de leur savoir. Cerains parmi eux en ont même fait le centre de leur vie puisqu’ils se consacrent à l’enseignement à plein temps.

Par ailleursnotons un point remarquable, le département de coran a développé la spécialisation des différentes lectures du coran. Encore une fois, cela s’inscrit dans la logique de préservation du livre Saint et c’est également un bienfait d’Allah que cette science soit accessible en France. Il est d’ailleurs possible aujourd’hui de suivre un cursus pour étudier les dix lectures canoniques puisqu’une classe a été ouverte depuis la rentré 2015 à cette fin. On espère que le département développera encore et toujours d’autres spécialisations permettant d’explorer les merveilles de la Révélation.

IESH DE PARIS

 

Daesh et l’instrumentalisation idéologique du Coran Ce que proclame le « Manifeste citoyen des musulmans de France »