le collectif des musulmans citoyens français

SISSI LE NOUVEAU PINOCHET

22 septembre 2015

SISSI LE NOUVEAU PINOCHET

Lorsque le général ‘Abd al-Fettah as-Sissi, ministre égyptien de la défense, a fait son coup d’état militaire contre le président élu Mohamed Morsi, le 3 juillet dernier, en instaurant un régime militaire despote depuis le premier jour, tuant en deux mois de pouvoir plus de cinq milles égyptiens, blessant plus de 29 milles personnes, et emprisonnant environ 20 milles innocents, selon les organisations de défense des droits de l’homme, il a éveillé chez les historiens le souvenir de plusieurs coups d’état militaires similaires exécutés par des ministres de défense en étroite relation avec les Etats Unis ou par ses fidèles alliés, contre des présidents élus librement et d’une manière directe.

D’ailleurs, le coup d’état du ministre de la défense chilien, Augusto Pinochet qui renversa le premier président du pays élu librement Salvador Allende, le 11 septembre 1973, nous présentent une similitude avec ce qu’a fait as-Sissi contre Morsi.

En effet, en 1970, Salvador Allende s’est présenté pour la présidence du Chili et a remporté les élections face à son adversaire, Jorge Alessandri, soutenu par les USA. Les USA s’opposaient à Allende car il était socialiste pro URSS alors que la guerre froide était à son paroxysme.

Le socialisme s’était répandu dans les pays d’Amérique du Sud, au Chili, notamment. Salvador Allende, le médecin et l’homme politique chilien était notoirement célèbre en tant qu’ex-candidat à la présidence à plusieurs reprises et en tant que plusieurs fois ministre. Le moment était opportun pour devenir le premier président socialiste en Amérique du Sud.

Les Etats Unis ont tenté d’empêcher Allende de parvenir à la présidence en injectant des dizaines de millions de dollars et en détachant des agents du CIA pour empêcher à Allende l’accès à la présidence. Mais toutes les tentatives échouèrent et Allende prit le pouvoir le 3 novembre 1970. C’est alors que les complots s’abattirent contre lui de tout bord. Les Etats Unis commencèrent à organiser les manifestations pour empêcher le président d’agir, à l’instar de ce qui est arrivé à Mohamed Morsi en Egypte. La seule différence est que Morsi est islamiste alors qu’Allende était socialiste, mais les deux représentent l’opposition aux Etats Unis, à sa politique à ses intérêts.

Allende a choisi un commandant en chef de l’armée comme l’a fait Morsi avec as-Sissi, mais Pinochet était un collaborateur fidèle des Etats Unis. Dérangés par le président chilien Salvador Allende, les Etats Unis suggérèrent à son homme, le général Augusto Pinochet, de faire un coup d’état et de renverser le président élu. En effet, Pinochet passa à l’acte le 11 septembre 1973. Il bombarda le palais présidentiel et l’assiégea. Mais Allende qui s’attacha au fait qu’il était le président légitime, tout comme Morsi, résista avec force mais se fit assassiné à la fin. Pinochet mit alors en place un régime despote et dictateur qui joua un rôle manifeste dans la répression et l’assassinat de la majorité des opposants à la politique américaine en Amérique du Sud.

Pinochet a gouverné d’une manière absolue jusqu’en 1990. Des dizaines de milliers de personne furent emprisonnées et tous les opposants ainsi que les compétences politiques et scientifiques quittèrent le pays.

A travers l’élaboration d’une nouvelle constitution, Pinochet tenta de pérenniser sa dictature en y imposant un article lui permettant d’être président à vie. Mais, il perd le référendum de 1988 qu’il a organisé pour se maintenir au pouvoir. Il cède finalement le pouvoir en 1990, mais il reste commandant en chef de l’armée chilienne après avoir bénéficié de l’immunité. Le 16 octobre 1998, alors qu’il est à Londres pour des examens médicaux, le général Pinochet est placé en état d’arrestation puis assigné en résidence surveillée, suite à un mandat d’arrêt international émis par le juge espagnol Baltasar Garzón. En 2004, il est jugé devant la cour suprême chilienne pour les crimes commis contre le peuple chilien. En 2006, il décède d’un infarctus en laissant des dizaines de millions de dollars dans les banques américaines, dérobés au peuple chilien …

As-Sissi est entrain de suivre les pas de Pinochet. Il ne s’agit que du début. Il prévoit d’autres étapes dont nous ignorons la fin. Mais nous espérons vivre pour voir la fin d’as-Sissi, comme nous avons vu celle de Pinochet.

Ahmed Mansour,  Traduction Havre de Savoir

Cet article a été publié dans Havre de savoir le 13 août 2015

 

Terrorisme islamique, agir sur les causes Saint-Simon, l’entrepreneur et la Révolution industrielle