le collectif des musulmans citoyens français

Daech et « Israël » sont des alliés objectifs

23 juillet 2015

Daech et « Israël » sont des alliés objectifs

Les faits sur le terrain et les déclarations publiques prouvent que Daech et « Israël » évitent non seulement d’entrer en confrontation directe ou indirecte, mais sont des alliés objectifs.

Par : Samer R. Zoughaib - le 18/09/14

 

On ne trouve nulle part, dans le discours politique et la littérature religieuse de l’« État islamique » (EI, ou Daech), des appels à combattre « Israël » ou à libérer Al-Qods. Bien au contraire, l’organisation terroriste s’ingénie à justifier auprès de ses partisans son indifférence totale vis-à-vis de la Palestine, la cause centrale des Arabes, musulmans et chrétiens. Tantôt elle se réfère au Coran pour prétendre que le Livre Saint a ordonné de combattre, en priorité, l’« ennemi proche » (en l’occurrence les chiites et les membres des minorités), tantôt à des fatwas (décrets religieux) émis par tel ou tel « uléma ». Lors de la dernière guerre de Gaza, Daech a affirmé, sans être embarrassé le moins du monde, qu’il ne comptait pas combattre « Israël », en dépit des bombardements sauvages qui ont causé la mort de 2000 personnes, en majorité des femmes et des enfants.


« Israël » non plus n’a pas l’air pressé de déclarer la guerre à Daech. On ne voit aucune mobilisation dans l’establishment politico-médiatique israélien contre cette organisation, qui n’est toujours pas considérée comme un danger « imminent » ou « existentiel ». La propagande israélienne reste braquée sur le Hezbollah et les autres mouvements de résistance, les seuls à avoir infligé de cuisantes défaites à l’entité sioniste depuis sa création.

Les deux faces d’une même médaille


Cette situation ne peut pas être mise sur le compte de l’ignorance ou du laisser-aller. Daech et « Israël » sont, en fait, les deux faces d’une même médaille. Ils sont deux entités complémentaires, qui se nourrissent l’un de l’autre.


Comment expliquer, sinon, cette volonté affichée de ne pas entrer en confrontation ? Comment justifier le fait qu’« Israël » a apporté une aide militaire et logistique à des groupes extrémistes dans leur guerre contre l’État syrien. Des centaines de rebelles, dont des membres de Daech et du Front qaïdiste al-Nosra, ont été généreusement soignés dans les hôpitaux israéliens, ces trois dernières années. Plus directement encore, l’artillerie israélienne entre providentiellement en action à chaque offensive des extrémistes contre l’armée syrienne sur le plateau du Golan, pour leur assurer un précieux soutien. Images à l’appui, on a vu dernièrement comment les « rebelles » se déplaçaient à quelques mètres seulement de la clôture de sécurité, dans le Golan occupé, à deux pas des positions israéliennes, sans être inquiétés le moins du monde. Sans oublier, bien entendu, le soutien « électronique » apporté par les Israéliens, qui ont brouillé les systèmes de télécommunication de l’Armée arabe syrienne, lors de la contre-offensive rebelle dans la Ghouta orientale -qui a tourné au fiasco-, à l’automne 2013.


Il n’est plus un secret que les stratèges de l’entité sioniste ont recommandé et œuvré, depuis des décennies, à la création, dans le monde arabe, de groupes takfiristes, dans le but de semer la graine de la discorde et de la division dans les rangs de leurs ennemis.

Persécution des minorités


Oussama Ben Laden est allé se battre sur tous les fronts du monde, à l’exception de celui de la Palestine, pourtant plus proche que New York ou Washington.


Le chef des Gardiens de la révolution iranienne, le général Mohammad-Ali Jaafari, ne croyait pas si bien dire lorsqu’il a affirmé, ce mardi, que « tout le monde sait que ce sont « Israël » et les États-Unis qui ont créé Daech ».


À tous les égards, cette organisation sert les intérêts stratégiques des Américains et des Israéliens. Le modèle de société qu’elle propose, basée sur la persécution des minorités et l’exclusion de tous ceux qui sont différents, est le même que celui d’« Israël ». La proclamation du califat de Daech est le meilleur service que l’on puisse rendre à l’entité sioniste, qui s’efforce d’être reconnue comme l’« État des juifs ».
De plus, les guerres provoquées par Daech en Irak, en Syrie, au Liban, et peut-être ailleurs demain, affaiblissent les États et les sociétés et occupent les forces de la résistance dans des luttes intestines qui leur sont imposées.


Enfin, la présence de Daech a servi de prétexte aux États-Unis afin de tenter de revenir militairement dans la région, après en avoir été chassés au prix de milliers de morts et de dizaines de milliers de blessés dans les rangs de l’armée américaine.

Source : Al-Ahednews

Initiation au cynisme du monde Comment les banques suisses ont détourné l'argent des victimes juives de l'Allemagne nazie