le collectif des musulmans citoyens français

INTEGRATION PAR LE JAMBON

27 mai 2015

INTEGRATION PAR LE JAMBON

Le mode d’emploi du français musulman modèle, grande préoccupation de la classe politique en ce moment, comme s’il n’y avait pas d’autres soucis essentiels. Non, la présence des musulmans en France ne gène pas. Non, non...

Le mode d’emploi du français musulman modèle, grande préoccupation de la classe politique en ce moment, comme s’il n’y avait pas d’autres soucis essentiels. Non, la présence des musulmans en France ne gène pas. Non, non. Mais à condition que cette présence soit invisible. On disait jadis « la religion c’est dans le cœur ». Nouveau refrain du gouvernement, la religion c’est à la maison. Et c’est tout. Vision toute personnelle de la laïcité qui s’immisce désormais jusque dans les assiettes. Au menu; porc et viande pour tout le monde. Énième humiliation. Après la volonté d’interdire le voile à l’université, la tentative de projet de loi contre les nounous voilées, nouvelle ligne rajoutée pour le profil du parfait musulman. Que son déjeuner respecte la laïcité. Mais quel est ce musulman labellisé français que souhaite voir nos politiques !


L’éternelle intégration, le dictionnaire nous décrit le mot intégration comme étant la fusion d’une minorité dans l’ensemble national. Ainsi pour s’intégrer, l’étranger doit de se plier aux lois du pays, s’impliquer dans la vie citoyenne, aimer sa patrie d’accueil. Mais de quelle intégration les musulmans sont-ils le nom ! Curieux. On en est encore à parler d’intégration à des générations présentes dans l’Hexagone depuis trente ans. Comme si on demandait aux musulmans de montrer, de clamer sans cesse leur amour de la France. Une suspicion permanente, leurs renvoyer l’idée qu’ils sont des éternels français de seconde zone fabrique une méfiance de leurs part vis à vis de la société. Une méfiance qui nous conforte dans l’idée qu’ils ne seraient pas pleinement intégrés. Un interminable cercle dans lequel s’est embourbée la nation toute entière. Travailler, étudier, voter, consommer, payer des impôts, s’investir dans les secteurs culturels et associatifs; est ce la les signes d’une intégration raté… Chaque dérapage de politiques en mal de notoriété sonne comme un coup de poignard dans le cœur bleu blanc rouge des français musulmans. On instaure un climat de méfiance. Ainsi, on met en place une échelle de valeur. Une patrie à deux vitesses ou le barbu et la voilée font les frais de la pauvreté du débat politique.


Un vivre ensemble…comme nous, délaissant croyances, pratiques religieuses, habitudes alimentaires, s traditions, est ce cela l’intégration ! Mange du jambon et tu seras un bon français! Le vivre ensemble n’est pas le “vis comme moi”. La nuance semble ne pas être comprise par tous. La société c’est cet ensemble d’individualités différentes, apportant chacune ses qualités, sa réflexion, sa contribution au débat citoyen. Soucieux de vivre en harmonie avec son voisin, qu’il partage ou non ses convictions personnelles, participer à la vie de son pays, voila ce qui anime le musulman français chaque matin. Comme monsieur tout le monde en somme. Le musulman, étrange espèce, serait-il au final un français ordinaire ! C’est pourtant ces différences culturelles qui ont longtemps donné ce rayonnement au pays des lumières. Un rayonnement qui s’assombrit au fur et à mesure des sorties médiatiques d’une classe politique qui stigmatise, qui divise. Et accuse certains de ne pas vouloir s’unir. Paradoxal. Entre couscous au lardon et bœuf bourguignon halal, l’intégration semble se mesurer aujourd’hui au contenu des assiettes.


Que les politiques prennent garde au réveil citoyen imminent de 5 à 7 millions de français ou l’addition sera salée!

La discrétion est un excellent faire-valoir « Que le Conseil Français du Culte Musulman repose en paix »