le collectif des musulmans citoyens français

« Que le Conseil Français du Culte Musulman repose en paix »

20 mai 2015

« Que le Conseil Français du Culte Musulman repose en paix »

Les déclarations de Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, qui annonçait une vaste réforme de l’islam en France avec pour axe essentiel sa représentation ont fait réagir le collectif  des musulmans citoyens français...

Tout récemment, Cazeneuve, ministre de l’intérieur, annonçait une vaste réforme de l’islam en France avec pour axe essentiel sa représentation.

 

Sarkozy, ministre du culte en 2003, a tout fait pour créer une entité dépendante. Il souhaitait inviter les musulmans à la table de la république afin d’établir un lien entre instances musulmanes et état français et ce, afin de structurer les affaires religieuses d’une communauté de plus de cinq  millions de citoyens français. Tout a été envisagé et mouliné : des mosquées au pèlerinage, du halal à la formation des imams, jusqu’aux carrés musulmans. Ces dossiers sensibles à notre communauté furent largement étudiés, analysés et enfin déformés. L’annonce de Cazeneuve sonne donc le glas d’un CFCM qui n’a jamais vraiment convaincu l’état et encore moins les musulmans de France.

 

Une légitimité contestable…et contestée, en effet les musulmans de France ne se sentent pas représentés par cette fédération mise  en place par un gouvernement dont le seul but était d’avoir une main mise sur les activités liés à l’Islam en France. Ce Conseil est bâtit sur le très étrange paradoxe par lequel on ne peut  construire un islam en France qu’avec l’aide théologique et le soutien financier des ambassades. Ainsi la mosquée de Paris est liée administrativement et financièrement à l’Algérie, le RMF (Rassemblement des Musulmans de France) au Maroc, le Comité de Coordination des Musulmans Turcs à la Turquie…Par ces symboles, notre Foi  devient une religion intrinsèquement étrangère, dans laquelle les pratiquants sont toujours renvoyés aux pays de leurs aïeux. Et pourtant ils sont français et pour tous les autres français ils n’obéiraient finalement et toujours qu’à leur muezzin. ET de ce fait,  l’Islam et les musulmans seraient condamnés à ne jamais participer au paysage hexagonal… !

 

Par ailleurs  les cadres et militants plombés de suffisance du CFCM ou d’autres instances ne sont finalement élus que par eux-mêmes et apparaissent plus préoccupés par un plan de carrière que par l’évolution de notre communauté. Ainsi le CFCM n’a pas convaincu et ne convaincra d’ailleurs jamais la majorité des musulmans français. Ils étaient peu nombreux ceux qui, à sa naissance, se réjouissaient de voir émerger un organe crée de toute pièce par le gouvernement pour gérer les affaires d’une religion. Au pays de la sacro-sainte laïcité, l’attitude peut apparaître schizophrénique !

 

Aujourd'hui lorsqu’on évoque l’instance, sa mission et le fait d'y avoir vraiment cru, il ne reste qu’amertume, déception nourrissant un  fatalisme tout oriental.

 

En effet les reproches s’accumulent sur le silence ambigu du CFCM quant aux vrais dossiers qu’il traite à l’emporte pièce si ce n’est  pas du tout, sur son insuffisance de proposition sérieuse et pérenne, sur son absence et sa visibilité sur le terrain et enfin sur sa participation sporadique au dîner du CRIF  mal comprise par certains.

 

Face aux politiques qui comptent, leurs voix ne sont que marmonnements et gargouillis inaudibles. Ils laissent s’installer la relation d’asservissement des « yes-men » basanés de service, tellement éloignés de la stature d’un porte-parole digne et respecté que chaque musulman de France est en droit d’espérer. Comment se sentir représenté par des personnes qui ne savent pas véhiculer les préoccupations de la base vers la scène politique et y faire valoir ses droits ?

 

Un bilan vide, parce que le CFCM  ne sachant pas jouer son rôle et calmer les esprits a confié cette mission aux imams qui font ce qu’ils peuvent. La frustration sociale ne fait alors  qu’affirmer la Foi de chacun. Et du coup ce qui caractérise le plus ce Conseil vide de sens c'est son bilan. Depuis plus de dix ans, aucun grand projet, aucune grande décision n'est sortie de ses assemblées. Quelques annonces  timides et communiqués insipides pour condamner tel ou tel acte ou pour souhaiter une bonne fête de l’Aïd et publier les horaires de prières que tous connaissent depuis toujours. Et, plus caricatural, il alimente chaque année par ses « savants » exotiques  les conflits sur la détermination du début et de la fin du mois de Ramadhan, secondaire autant qu’inutile. Rien de plus…

 

Où en est le CFCM…au moment où les actes islamophobes se multiplient, où les femmes voilées se font agresser parfois même à leur domicile et se voient refuser l’accès de certains bâtiments publics ou privés, où le marché du halal est devenu un bazar ou de jeunes loups tentent de faire fortune sur le dos des fidèles, où les déclarations immondes de certains hommes politiques deviennent monnaie courante, où les mosquées sont régulièrement profanées, il n’y a plus personne au bout du fil.

 

La grande fitna* interne pour l’accession au pouvoir ou aux possibles prébendes dissimule mal les ambitions de tous ces dirigeants mal élus. Dix ans que l’on parle des mêmes dossiers liés à l’Islam en France. Dix ans que rien n’avance. Un terrible constat d’échec qui au final pèse sur le quotidien de nombreux français.

 

. Alors, le CFCM aurait-il été un instrument politique voué à être une coquille vide 

. Quel est ce CFCM nouvelle version que souhaite instaurer Bernard Cazeneuve  

. Est-ce à l’Etat de s’ingérer dans les affaires des musulmans

. Est-ce une énième tentative de domestication de l’Islam en France

 

Réponse dans le prochain épisode d’une longue série que nous devrons subir jusqu’en 2017…peut-être !

INTEGRATION PAR LE JAMBON